Une petite douceur

Pas une semaine ne se passe sans découverte culinaire. J’avais repéré depuis longtemps ces petits gâteaux qui ont une structure de macarons. Il y en a chez tous les vendeurs ambulants qui proposent des pâtisseries à vélo, il y en a parfois au comedor, il y en a sur les cartes des café… L’alfajor est inmanquable. Le prix de ses différentes versions varie d’un sol à sept, sans que cela soit toujours positivement corrélé avec la qualité du gâteau.
Les plus grands, de moindre qualité généralement, sont difficiles à manger. Il faut donc s’armer de plusieurs serviettes en papiers avant la première bouchée (sauf si on prend l’option gobage). Je dis bien plusieurs parce que les Péruviens ont un problème avec l’épaisseur de leurs serviettes en papier. La double épaisseur reste un luxe ici et pour couronner le tout, ils aiment souvent les découper. Par esthétisme ou économie, je ne sais pas vraiment. Mais revenons en à nos alfajores (bien prononcé la jota et non pas un « j » français, por favor).

Entre deux biscuits sablés (ou plus parfois, j’en ai mangé un à cing étages l’autre jour !) plus ou moins durs, se trouve de la confiture de lait. Très sucré et donc vite écoeurant. Ceux qu’on trouve dans la rue sont évidemment moins raffinés. Dans quelques boutiques, notamment la casa de los alfajores, on peut choisir parmi toute une série de parfums (il y a même chocolat, mais c’est décevant à mon grand désespoir). Le Ladurée local !

Mais vous connaissez sûrement… Parce qu’en me renseignant sur Internet, j’ai vu qu’on en mangeait dans de nombreux pays hispannophones (pour la Navidad en Espagne) et que la chose avait été largement mondialisée. Bien sûr, le Pérou est le berceau de cette petite gourmandise. Si vous êtes en manque d’exotisme, vous pouvez toujours essayer d’en faire, avec un peu de maïzena (aliment de base ici) et d’huile de coude.

Publicités

Oh l’ordure !

Vivre dans une ville c’est connaître tous les aspects pratiques, même les moins glamours… comme les poubelles.
Sur le sujet, ma première observation a été qu’il n’y avait pas de bennes, ni de gros bacs en plastique sur roulettes qu’on pouvait sortir (ceci dit il n’y a pas de boîte aux lettres non plus, ils sont fous ces Péruviens). Les poubelles se sortent donc à même le sol à des heures bien précises (entre 19h et 20h s’il vous plaît). Tout dépassement d’horaire est passible d’une amende donc attention ! Vient la question naturelle : et si on travaille pendant ces horaires, on ne peut jamais sortir ses poubelles ? Pour l’instant, la seule réponse que j’ai c’est « eh ben non » mais j’imagine que des solutions existent (« Bonjour madame ma voisine, il est 8h, je pars travailler, vous voudrez bien garder ma poubelle 11h chez vous puis la sortir à l’heure dite? Merci bien »).
Donc, une fois la nuit tombée, les arbres de ma rue se transforment en magnifiques arbres de Noël avec à leur pied des sacs de toutes les couleurs. Parce qu’ici, point de sacs poubelle ou très peu donc chacun y va de son sac plastique. C’est là qu’on voit l’importance de la couleur des sacs du supermarché d’à côté… Rouge en ce moment donc !

Enfin le détail moins joyeux mais bien réaliste, c’est que plusieurs personnes viennent fouiller dans ces poubelles pour récupérer éventuellement des objets ou de la nourriture. J’en ai déjà croisé plusieurs. Mais leur existence a vraiment joué un rôle hier, lors de la crise qui a éclaté chez moi. La femme de ménage a malencontreusement jeté un sac plastique où se trouvait de l’argent et un appareil photo. Inutile de préciser que quelques dizaines de minutes plus tard, quand on s’en est rendu compte, le sac en question n’était plus sur le trottoir. Oui, ça fait mal…

Un GPS ne s’y retrouverait pas

C’est une chose de commencer à connaître la ville et de savoir se repérer malgré l’absence totale de plan dans toute la ville, c’en est une autre de connaître chaque rue. Lorsque je prends le taxi ou que j’ai un rendez-vous dans la ville, je fais donc confiance au chauffeur et/ou à mon plan adoré.

Mais le système liménien a déjà eu raison de moi plusieurs fois. Je me trouve dans la bonne rue, je cherche le numéro que j’ai noté et à cet emplacement il y a juste un immeuble ou plus frustrant encore, rien du tout vu qu’à Lima les numéros des rues ne se suivent pas (ils sont quand même par ordre croissant, je vous rassure). Après avoir pris mon courage à deux mains pour demander à un Péruvien du coin ou à un des agents de sécurité qui fait sa ronde, je me rends à l’évidence : ce n’est pas ici. Et la raison s’avère à chaque fois la même (deux fois pour l’instant) : je me suis trompée de quartier. Parce qu’à Lima, plusieurs rues peuvent avoir le même nom. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?
Et je ne parle pas des nuances entre rue, avenue et autres qui permettent à un même nom d’être donné à plusieurs voies d’un même quartier. Pratique sachant qu’ici personne ne dit « avenida Arequipa » mais « la Arequipa ». C’est donc parfois un peu problématique pour des novices comme moi quand plusieurs rues du même quartier ont le même nom, surtout que personne ici ne ressent le besoin de préciser de laquelle il s’agit.

Le record est décerné à la rue Santa Rosa qui se décline en 73 exemplaires (oui oui, j’ai compté). L’unique solution est donc de connaître un minimum. Quand le nom d’une rue est inscrit sur un bus, c’est à nous de savoir de laquelle il s’agit ou l’on risque de se retrouver à un endroit qui n’a rien à voir avec celui que l’on cherche. J’ai déjà expérimenté la honte de demander à un taxi « à la rue Tacna s’il vous plaît, enfin pas celle où nous sommes mais l’autre », ce qui révèle quasiment explicitement mon erreur. Reste encore quelques progrès à faire…

J’ai été brichérée !

Alors que vous me demandez tous si j’ai trouvé l’amour au Pérou, vous ne vous rendez pas compte des dangers qui me guettent dans ce pays ! Il existe ici le phénomène des « bricheros ». Ce mot désigne les Péruviens (et surtout Péruviennes) qui tentent de séduire des étrangers pour en tirer profit : se faire offrir à boire, se faire entretenir et surtout sortir du pays. Le terme vient du mot « bridge » et le bridge en question, c’est une innocente personne en quête d’exotisme, potentiellement moi donc !

Plusieurs études sociologiques portent déjà sur le sujet. Un chercheur de mon labo ainsi que plusieurs Péruviens que j’ai rencontrés m’ont déjà parlé de la chose. Le brichero fréquente les lieux touristiques, Cusco principalement mais Miraflores aussi, en quête d’un(e) étranger(e) ayant une situtation financière correcte afin de le(la) séduire. Cette pratique au Pérou se caractérise par une mise en valeur du mysticisme associé au pays. Les bricheros s’habillent donc souvent avec des motifs rappelant les tenues traditionnelles et portent des bijoux ethniques, ce qui attire davantage le touriste moyen venu, consciemment ou non, se ressourcer dans ce pays au passé si envoûtant. N’allez pas croire pour autant que les jouerus de flûte de pan à Denfert sont des bricheros! Il y en a ici aussi et qui n’ont nulle intention de séduire plus que par leur maniement de ce bel instrument! Non, le brichero fonctionne avec des codes particuliers et possède même un groupe de pairs.

Enfin tout cela me semblait assez loin de mon quotidien. Jusqu’à ce que, vendredi soir, un ami d’ami me propose (beaucoup trop) insistamment des cours de salsa. En parlant avec d’autres filles de mon entourage, je me suis rendue compte qu’il s’était systématiquement intéressé aux études que nous faisions et avait essayé différentes approches auprès d’elles pour obtenir des contacts et communiquer même une fois que nous serons rentrées dans nos pays respectifs. Le doute plane toujours mais il y a de fortes chances que ce soit un brichero. Le choc !
A moins que ce soit juste mes talents de danseuse de salsa qui l’aient fait chavirer…

Let’s go to the mall !

Petite après-midi de flânage au centre commercial de Miraflores. Un peu au Sud de l’endroit où je vis, il y a cet endroit qu’on appelle Larco Mar. La place en elle-même est impressionnate avec ses constructions modernes et ses jets d’eau. Au milieu trônent les vaches dont j’avais déjà parlé, c’est vraiment joli. Dès qu’on descend un peu de la place, on entre dans un grand complexe avec plein de boutiques, plein de cafés, plein de salles de ciné et même plein de discothèques. La grosse valeur ajoutée est que le tout est construit au bord de l’eau et qu’il y a une grande baie vitrée qui donne directement sur la plage. On peut donc prendre un café au bord de l’océan… pour se reposer d’une après-midi de shopping harrassante !

Je suis restée ébahie de trouver un lieu si européen. Il y a même un Starbucks, ce qui est une denrée rare dans ce pays (aussi étonnant que cela puisse paraître à une Parisienne). Bien sûr la majorité des gens qu’on y croise sont blancs, beaucoup sont des touristes. Il y règne une atmosphère un peu artificielle. Tout le monde semble content. En cette période de fin d’année, cette ambiance est renforcée par les décorations et les musiques de Noël. Disneyland n’a qu’a bien se tenir !
Tout est évidemment plus cher qu’ailleurs dans la ville. A commencer par le parking qui est ici un luxe. Même si tout le monde ruse en faisant tamponner son ticket au cinéma pour avoir une réduction (on est toujours au Pérou, ne l’oublions pas).

Pas vraiment un endroit qu’on peut qualifier d’authentique mais une bonne adresse pour les semaines à venir. Possible que j’y retourne y faire ma liste à envoyer au Père Noël…

Blop

La chance, aujourd’hui j’ai eu un dessert offert avec mon menu du midi. Bonne suprise : de la gelée ! Ils en raffolent ici. Il y a des rayons remplis de solution à diluer au supermarché et tous les petits vendeurs exposent leur gelée plus ou moins maison et rivalisent en couleurs. Le jaune et le rouge (fluos) restent les grands gagnants en général.

J’ai personnellement eu le droit au jaune. Par devoir, je me suis dit qu’il fallait que je goûte. Qui sait, peut-être que j’allais avoir une révélation ? Il s’est avéré que non. Goût chimique comme on pouvait s’y attendre et texture vraiment pas révolutionnaire. J’ai quand même fini mon petit bol, pour me donner bonne conscience et me dire que désormais je n’avais plus besoin d’en remanger.
Dans la série gélatineux mais déjà plus local et plus recherché, ici il y a beaucoup de mazamorra morada. Goût très difficile à décrire mais bien meilleur que celui de la gelée industrielle.

Souvent servi avec un pointe de cannelle (dans un verre en plastique plus qu’une belle coupelle comme celle de la photo), je trouve que c’est vite écoeurant parce que très dense. Mais, les goûts et les couleurs sont dans la nature, alors que les curieux essayent la recette !

La grandeur du petit écran

Tout bon foyer à un sacro saint téléviseur. Il y en a deux dans la maison où je vis. Elégamment affalée sur le canapé, il m’arrive donc de la regarder. Enfin tout compte fait, je regarde plus de publicités que de films/journaux/séries. Toutes les cinq minutes le programme est interrompu pour de la pub : bande annonce de ce qui va passer ensuite puis « commerciales », toujours les mêmes en plus. Ce qui peut s’avérer parfois énervant.
Autre détail frappant : la couleur des gens. Ils sont en grande majorité blancs. J’avais déjà remarqué cela sur les affiches publicitaires mais à la télé c’en est marquant. A croire que ce qui fait rêver la ménagère et ce qui va la faire acheter son produit vaisselle, c’est que ce soit utilisé par un individu de type caucasien. Je constate tout de même que cela est déjà moins vrai pour les fameuses « telenovelas ».

Mais la télé d’ici a un gros atout : son nombre de chaînes… plus d’une vingtaine ! Et sans compter le câble. De quoi faire pâlir notre TNT. Non pas que le Pérou soit extrêmement productif en termes de programmes (il a bien sûr sa Nouvelle star et toutes les autres émissions qui font la fierté d’un pays) mais de nombreuses chaînes étrangères sont disponibles.

J’ai donc le loisir de regarder des matchs de football mexicains ou des séries américaines (ce qui normalement devrait provoquer de la jalousie). Les chaînes from US sont entièrement sous-titrées, ou doublées pour les pubs. Très perturbant quand par fatigue, je lis les sous-titres en espagnol d’un film en anglais.